vredesstad ieper

La persécution des chats dans les moyen âges

Bien qu'Ypres ne soit pas la seule ville où les chats ont été les victimes de toutes sortes de jeux populaires, elle est une des rares où ce rituel a encore lieu, même si les chats en chair et en os ont été remplacés par des homologues en peluche. Au Moyen Âge, les chats étaient torturés et tués lors de « foires aux chats » en maints endroits d'Europe occidentale. Lorsqu'en juillet 1582, le prince d'Orange et le duc d'Anjou visitèrent Bruges, ils furent, selon un ancien texte, « accueillis dans une grande joie et avec un splendide appareil ». Ce « splendide appareil » était un navire doté d'un haut mât, installé au centre de la Grand Place. Des feux d'artifice avaient été allumés en divers endroits sur le navire et chacun pouvait entendre, mêlés aux crépitements de la poudre, des cris de chats. Lorsque le navire prit finalement feu, les animaux périrent dans les flammes.

Il n'est pas facile de trouver une raison à la torture et à la mise à mort des chats comme divertissement populaire. Il existe diverses explications, mais personne ne peut dire avec certitude laquelle est la bonne. L'histoire des fêtes des chats est un mélange de réalité et d'imaginaire, de légendes et de faits historiques. L'image du chat fidèle compagnon des sorcières et assistant du diable est largement répandue.

L'histoire du Chat teigné, l'album numéro 205 des aventures des héros de bande dessinée Bob et Bobette, datant de 1986, se déroule en partie à Ypres. La sorcière Tuttebel veut se venger de la ville car au Moyen Âge, alors qu'elle s'était transformée en chat, elle a été jetée du haut de la tour de la Halle aux draps. Lorsque son plan visant à détruire la Porte de Menin échoue, elle essaie de faire s'effondrer la tour de la Halle aux draps. Déguisé en bouffon, Lambique l'attire dans la tour. Une fois au sommet de celle-ci, Tuttebel se transforme en un chat et attaque Lambique. Lambique tombe de la tour mais parvient à s'en sortir et fait en sorte que Tuttebel, pour la deuxième fois de son existence, tombe du haut de la tour de la Halle aux draps. Toutefois, elle ne s'inquiète pas et dit : « Il ne peut rien m'arriver. Je suis un chat et je suis invulnérable. » Pendant sa chute, un nuage noir transportant le diable apparaît. Ce dernier lui explique qu'il s'agit de la neuvième fois qu'elle se change en chat et qu'il vient la chercher.

Ce genre de représentation des chats dans la culture contemporaine contribue à faire croire à de nombreuses personnes que la torture des chats est une conséquence de l'association entre cet animal et les forces obscures. Toutefois, l'usage s'ancre plutôt dans la superstition. La conjuration des mauvais esprits en serait à l'origine. Les animaux auraient été utilisés pour contraindre le diable à accorder l'une ou l'autre faveur. À cet époque, les gens croyaient que le diable ne supportait pas de voir un chat souffrir et qu'il acceptait alors de faire des concessions. Les rituels ont donné lieu à des fêtes populaires qui ont survécu bien que plus personne ne sache quelle est leur origine.

La raison de cette association avec le mal doit être cherchée auprès de l'Église. Les chats étaient associés à la magie et au paganisme. En effet, l'Église catholique considérait comme des hérétiques tous ceux qui ne pensaient pas comme elle et les persécutait. En outre, l'Église associait souvent ces personnes à des chats. Au début du xve siècle, les Templiers furent accusés de vénérer le diable sous la forme d'un chat noir.

Cependant, nous ne pouvons pas généraliser la persécution des chats. À toute époque, des chats ont été choyés ou tués, par différents groupes de personnes. L'origine du massacre des chats est clairement inconnue. La raison pour laquelle nous associons encore les sorcières aux chats est tout simplement due au fait que les femmes accusées de sorcellerie étaient souvent âgées et qu'il est beaucoup plus vraisemblable de les représenter avec un chat comme animal de compagnie plutôt qu'un cochon ou une chèvre, par exemple. Le mystère qui entoure les chats joue également un rôle. Grâce à leurs coussinets, les chats se déplacent en silence et surgissent tout à coup de nulle part, les yeux luisants. Au Moyen Âge, ces animaux laissaient derrière eux une impression de peur et de mystère parmi les gens empreints de superstition.

vredesstad ieper